Comme au cirque où tomber peut relever d’une performance artistique de haut niveau, la mode emprunte ce même vocabulaire : là où elle ne pourrait que marcher allègrement, elle creuse les plis et se déforme avec un naturel très réfléchi…. Tel est le mantra de l’univers DROME pour l’hiver prochain, présenté lors de cette dernière fashion week parisienne.

La collection automne-hiver 2019/20 de DROME reprend à sa manière ce constat philosophico-artistique et s’en inspire pour un vestiaire résolument très efficace. Certains vêtements font clairement référence au sculpteur roumain Constantine Brancusi et à son obsession de vouloir retranscrire non pas la forme extérieure des chosesmais de faire émaner leur essence. Révélant alors la réalité fondamentale qui sous-tend sa collection, DROME se dévoile. D’autres vêtements rendent hommage à la féministe Cynthia MacAdams qui mettaient en lumière ces femmes dont la force et la douceur transparaissaient à travers leurs regards et leur façon franche de mener leur vie, une vie qui leur ressemble.

D’autres vêtements encore rappellent assurément la vie itinérante de l’Américaine Norma Quintana avec ces clins d’oeil à l’univers du cirque ambulant. En effet, cette nouvelle collection donne un sens nouveau à la liberté, à la vie courageuse et fière que l’on s’est choisie, à l’affirmation de soi. La mode n’est-elle donc pas l’ultime manière de trouver son équilibre entre entre force et vulnérabilité, passion et désir, énergie joyeuse qui fait avancer et calme nostalgique ?

Pourquoi on aime ? Parce que ces silhouettes énigmatiques sont fluides et sensuelles, marquées par des coupes obliques et des contrastes entre le féminin et les formes masculines. Superposés les uns sur les autres, les manteaux jouent un rôle clé et embrassent la poussière. On adore cette réinvention du trench des années 80, avec de larges volumes soulignés par de larges épaules. Sophistiquées, les robes drapées allient soie et cuir et sont animées par des assemblages délicats. Les motifs graphiques illuminent les combinaisons, rappelant le style de la peinture abstraite.

Un coup de coeur ? Pou la palette de couleurs largement inspirée des figures peintes de Malcom T. Liepke. Les tons crémeux du rose sont enflammés par des teintes de rouge électrique à la puissante vitalité. Quant aux accessoires, ils  sont indispensables : bottes à talons carrés imprimées, sacs de coquillage de différentes tailles, chaussettes fines montées jusqu’aux genoux, gants multicolores et ceintures maxi soulignent la taille et font le look. Un point c’est tout.

 

drome.it

Publicités