Lisboa Fashion Week: 3 jours de Mode


Vendredi 11 mars 2016, à peine deux jours après la clôture de la Fashion Week parisienne, Lisbonne ouvre sa Semaine de la Mode. Riche de nouveaux créateurs et désireuse de mettre en avant une nouvelle génération de designers et les talents émergents de pays africains – anciennement colonies portugaises -, cette nouvelle édition mérite qu’on s’y intéresse de très près. Plus de 30 créateurs dévoileront leurs collections Automne/Hiver 2016-2017.

De son nom complet – ModaLisboa | Lisboa Fashion Week KISS Edition, la semaine de la mode portugaise est chaque année davantage soutenue et reconnue dans le monde entier. Ces trois jours sont l’occasion de prouver que les talents portugais ont leur place parmi les grands car leurs désirs de partager leur passion est si fort qu’il anime toute la modosphère aguerrie. Moments d’inspirations, d’amour et de création où tout les couleurs se côtoient et toutes les formes sont possibles !

Nous avons l’honneur de figurer dans la liste des 120 journalistes internationaux à assister à ce phénomène modeux dont l’exceptionnel héritage cristallise l’imagination des designers et célèbre une culture en pleine mutation.

En avant pour trois jours de reportages intenses entre défilés et tequila !

Photos: Rui Vasco

Fashion Week Lisboa: Carlos Gil, coup de mode éclectique !

Eclectique: voici le mot qui résume parfaitement le défilé de Carlos Gil qui vient de présenter sa nouvelle collection Automne/Hiver 2016-2017 lors de la Fashion Week de Lisbonne. Voici ce que veut dire ‘éclectique’ en vêtements portugais !

Sans aucune idée préconçue et faisant fi de toute réflexion en amont, le créateur Carlos Gil signe une collection où l’éclectisme combine les formes, les couleurs, les textiles et les styles sans se soucier du ‘quand-dira-t-on’. Dans un même élan de créativité, Carlos Gil aboutit à une collection où le new look se conjugue avec l’élégance.

Associant de manière surprenante des styles vintages, cette série rappelle différentes phases stylistiques du XXème siècle : les coupes droites et strictes, les détails sporty définissent une allure sportwear chic et audacieuse. Les indices sophistiqués de cette saison se révèlent au cœur d’une ambiance ‘pyjama party’.

Le must-have ? La petite robe légère, avec quelques diamants incrustés.

La signature Carlos Gil ? Cette association classique-vintage. Assurément tendance de l’hiver prochain, cette combinaison des styles saura se réinventer avec de nouvelles matières, de multiples détails et un foisonnement de conjugaisons évidentes. Sûres d’elles-mêmes, les silhouettes défilent avec une allure rétro qui leur donnent cette aura stylistique contemporaine, romantique et confortable. Que demander de plus !

Fashion Week Lisboa: Ricardo Andrez en mode stéréo

Pour cette nouvelle édition de la Fashion Week de Lisbonne, Ricardo Andrez s’est laissé guidé par les couleurs. En partant du principe que la vie est une succession d’expériences de couleurs, le créateur a souhaité, pour sa collection Automne/Hiver 2016-2017, connecter les couleurs avec les choses et les événements de la vie qui créent des liens humains. Andrez signe un allure sportive et masculine très affûtée.

Ce que l’on remarque dès les premiers pas des mannequins sur le catwalk du défilé de Ricardo Andrez ? Ce goût indéniable pour l’innovation ! Non seulement dans les formes et les volumes surprenants et osés mais également dans le type des matières utilisé. Fondamentalement streetwear, Andrez s’investit dans une recherche quasi obsessionnelle des textiles alternatifs et les moins conventionnels !

Cette conception – quelque peu philosophique – se traduit en vêtement par des pièces ultra émouvantes dont l’intensité des jeux de couleurs forge une dimension tout à fait unique. Chaque pièce s’appréhende selon la palette de couleurs qui la compose : les vibrations et les mouvements qui en découlent offrent une perspective nouvelle aux vêtements.

On retient en effet que Ricardo Andrez attache une extrême vigilance aux finitions et aux transitions des coupes. La prédominance des tons de gris sonne comme un signal que le vêtement dépasse les limites et entre dans cet univers de flottement où tout semble léger et empreint de liberté.

Ricardo Andrez a parfaitement incarné cette définition propre de la mode qui la qualifie de ‘connexion entre la réalité virtuelle et la réalité concrète’.

Fashion Week Lisboa: Olga Noronha, hommage à la ville des marins

A l’instar de l’hymne national portugais consacré aux marins, la créatrice Olga Noronha rend hommage à l’univers de la mer dans sa nouvelle collection de parures Automne/Hiver 2016-2017 présentée lors de la Fashion Week de Lisbonne. Comme un clin d’œil au quartier d’Alfama, où l’on a croisé quelques marins en uniformes, Olga interprète à sa manière et avec son talent stylistique et artistique cette prédominance marine qui souffle paisiblement dans les rues de Lisbonne.

Dans chacune des pièces imaginées par Olga pour cette nouvelle saison, on retrouve ces indices relatifs aux mondes de la mer, des sirènes, de la vie dans les profondeurs marines… Collection privilégiée qui retrace l’histoire même du Portugal, ces colliers et scaphandriers en formes de coquillages reflètent une esthétique à la fois humble et riche. L’extrême beauté et la dichotomie délicatesse/violence des pièces de la créatrice aboutissent à une série de sculptures qui transforment les récifs de corail en armures.

S’inspirant en premier lieu des poissons dits combattants, Olga s’est engagée dans un ‘combat stylistique’ en relevant le pari de créer une collection à la fois sauvage, primaire et sophistiquée, brillante et colorée. En effet, les tons de rouges et de bleus se déclinent à l’infini sur les parures comme sur les drapés qui rappellent les nageoires fines et délicates de ces poissons… Incrustée de nacres, de corail, de cristaux, de pierres précieuses et recouvertes partiellement d’écailles de saumons, chaque silhouette simule ‘l’homme-poisson’.

Sensible à la préservation de l’équilibre entre la nature et l’homme, la créatrice Olga Noronha a donc ouvert ce deuxième jour de la Fashion Week de Lisbonne en donnant le ton. Les confections présentées prennent formes et évoluent au fur et à mesure du défilé dans un cadre vraiment incroyable. La fluidité des drapées légers qui s’envolent derrière les mannequins, tout en les accompagnant, contraste avec la solidité brute des parures qui entourent le cou, la poitrine ou le torse des mannequins. Les silhouettes avancent comme des sirènes hors de l’eau, perdues dans tant de lumière mais voguant au large, guidées par le chant envoûtant des magiciennes marines.

Comme les poissons dits combattants, Olga compte bien défendre son petit bout de territoire et partir à la conquête de la modosphère au delà des frontières !

Fashion Week Lisboa: Christophe Sauvat, du Who’s Next au Portugal, il n’y a qu’un pas !

Alors qu’il vient de participer au Who’s Next de Paris, le créateur Christophe Sauvat est venu présenté sa nouvelle collection Automne/Hiver 2016-2017 à la Fashion Week de Lisbonne. Pour cette saison, Sauvat réaffirme la devise de sa marque : ‘Un monde, sans frontières’. A la recheche d’inspiration, c’est dans les contrées nordiques qu’il nous fait voyager.

Christophe Sauvat présente pour la prochaine saison une palette de couleurs qui s’étend du blanc-neige au marron automnal en passant par le vert typique des paysages nordiques. Ces couleurs chaudes très évocatrices s’associent aux textiles et aux matières des vêtements pour un porter confortable.

Pourtant, comme pour créer un contraste, le recours du noir vient contre-balancer la versatilité de cette collection et donne ce petit quelque chose en plus qui fait toute la différence. Les touches de couleurs, les broderies et le choix des accessoires traduisent une influence éthique. Ainsi, Sauvat signe une collection élégante adaptée aux obligations d’une vie trépidante urbaine.

S’inspirant des montagnes de glaces, le créateur Christophe Sauvat a imaginé des pièces faites de laine en aplaca, de cuir et de laine mérinos ; parfaites pour assouvir nos désirs d’aventures et nous inciter à entreprendre un voyage aux pays des aurores boréales. Malgré ce côté cosmopolite, le créateur n’en oublie pas pour autant ses premières amoures avec ces pièces de vêtements en coton et en faux astrakhan, références évidentes à l’urban street style, cher à Sauvat.

On aime : la série des pièces en soie avec des incrustations géométriques de perles qui donne une allure élégance et sensuelle à la fois !

Si Christophe Sauvat semble déjà avoir trouvé son motto, nous pensons que la meilleure façon de décrire ce créateur c’est : « Relax and enjoy ! »

#CSauvatAW16
@christophesauvat

Lors de la Fashion Week de Lisbonne, Morecco a eu l’honneur de présenter sa première collection de prêt-à-porter dans la grande bibliothèque de la Mairie de Lisbonne. Entouré de livres et de boiseries authentique, le public a pu apprécier les premiers travaux de ce créateur local finaliste au Fashion Film Festival de Paris et sélectionné au SHOWstudio Fashion Film Award.

Cette collection Automne/Hiver 2016-2017 est une célébration des couleurs, des textiles et des matières. Fruit d’un travail qui a mûri pendant plusieurs années déjà, de voyages en Turquie, au Maroc et en Corée, la série de Morecco s’inspire de la culture cinématographique de ces différents pays.

En effet, on retrouve dans le processus créatif de ce jeune designer des détails relatifs au Palais Topkapi d’Istanbul et les rayures sur les vestes rappellent les uniformes des gardes de la cour royale de Corée. Pourtant, ce ne sont que deux exemples parmi tant d’autres ! On a aussi remarqué ces clins d’oeil au style ultra-glamour des nightclubs dans le Paris et le New-York des années 70. Enfin, on retient ces pièces faites à partir des textiles chinois et de la soie japonaise évoquant l’hédonisme tabou des boîtes de nuit de cette région…

Toujours à la recherche de la perfection, Morecco attache une importance sans précédent au savoir-faire et explore à chaque instant de nouvelles manières de broder venues des contrées reculées où l’art traditionnel est riche de mille talents.

« Dans les années 70 et 80, nous avions notre propre folie. Aujorud’hui, cette époque est oubliée. Mais, indéniablement, le style requiert toujours cette audace inévitable, cette obsession du travail bien-fait et ce bon goût d’un maquillage éduqué. » Grace Jones.

Morecco_lisboa . moreccoofficial . @morecco . www.moreccolisboa.com

Fashion Week Lisboa: Miguel Vieira, color, color !

Véritablement manifeste de la couleur, la collection Automne/Hiver 2016-2017 de Miguel Vieira présentée lors de la Fashion Week de Lisboa a cloturé la deuxième journée de la semaine de la mode portugaise.

« Chaque être humain recherche la liberté, la vraie liberté. C’est l’histoire de la condition humaine, dont l’évolution a toujours été définie symboliquement par les couleurs. Pouvons-nous donner un sens à chaque couleur ? Bien sûr ! A travers des mots, des objets, une musique, l’art, dans tout ce qui nous entoure. La couleur est omniprésente, elle est partout ! »

« Sans couleur, il n’y a pas d’émotions. C’est une source vitale de nouvelles idées, de nouveaux styles, de nouvelles créations. L’harmonie se trouve dans cette palette de couleurs et les personnalités de chacun qui la complètent. Le côté mystérieux, imposant et élégant du noir ‘caviar’ ; le calme, la loyauté, la confiance en soi sont attribués au bleu marine ; l’innocence, la pureté et la perfection se traduisent en blanc ; l’optimisme, la joie et l’énergie en jaune moutarde ! »

Après les mots, il s’agit de parler vêtements !Les volumes ne cachent en rien les formes féminines. Côté masculin, les coupes des pantalons et les vestes cintrées soulignent de manière impeccable l’allure. Les silhouettes de Miguel Vieira sont très structurées et sophistiquées. Pourtant la sobriété des lignes informelles vient créer un déséquilibre maîtrisé. On aime ces sweaters en néoprène laissant apparaître les épaules, ces pièces en crêpe de soie et en semi-fourrure et ces costumes confectionnés comme un quilt.

Fashion Week Lisboa: Dino Alves, le ‘roi’ de la mode portugaise

Pour la Fashion Week de Lisbonne, Dino Alves a crée le show. Déjà sur les frontrows, tout le gratin des peoples était présent ce soir-là. Personne au Portugal ne manquerait l’occasion d’assister à un défilé de Dino Alves. Pour la collection Automne/Hiver 2016-2017, le créateur s’est amusé à recréer l’époque des rois et des reines à l’âge d’or du Portugal.

Conscient que le thème choisi n’est pas forcément le meilleur au regard de l’actualité morose du moment, Dino Alves fait sensation assurément. Opulence de toutes parts, luxe, ostentation, richesse et exagération des détails soulignent les pièces les plus emblématiques du créateur.

Les mannequins avaient des allures d’une famille royale habillés de vêtements nobles et traditionnels. Mais, là où se trouve le génie de Dino Alves est dans cette mise en avant de l’hypocrisie du strict classicisme grâce à des coupes déplacées. Avec une pointe d’ironie, le créateur utilise des matières pompeuses, des bijoux de faux-semblants et des pierres précieuses pour donner un nouveau titre à la royauté.

S’inspirant de l’architecture intérieure des palaces, à l’orfèvrerie des meubles et aux décorations, Dino Alves coud des pièces avec des éléments baroques. Les éléments se chevauchent avec des formes harmonieuses : le tout crée des effets de gaufrages surprenants. Les silhouettes sont comme des lignes évasées, tantôt fines tantôt volumineuses. Parfois même, les pièces jouent simultanément sur des effets large/serré et court/long. Ce déséquilibre tient pourtant la route et nous emmène dans un univers cohérent où les techniques de mailles et de broderies côtoient les dentelles somptueuses et les colliers dentelés.

Un coup de cœur ? Cette allure de garde royal à la mode urbaine ! Excellent.

Fashion Week Lisboa: Luis Carvalho, un style aussi frais que la glace !

Décidément, la mode nordique a beaucoup inspiré les créateurs portugais cette saison ! Après une première journée dominée par des collections très fournies en fourrures et en laine, comme pour affronter les grands froids, Luis Carvalho poursuit dans cette lignée avec une série baptisée ‘Cold as Ice’.

Très influencé par les paysages les plus froids du pôle arctique, Luis Carvalho a trouvé les bases de sa collection Automne/Hiver 2016-2017.

Les cristaux de glaces et les formes des pièces de vêtements rappellent les vents froids dont la force emprisonne le corps, le déforme, le bouscule et disparaît sous les couches qui l’enveloppent. Les lignes verticales et suggestives soulignent un travail méticuleux des coupes strictes et franches. Les effets de volume donnent aux silhouettes des allures imposantes. Les détails des coutures et les imprimés traduisent la tranquillité et le silence des environnements naturels où tout n’est que pure beauté. De même, la collection de Luis Carvalho se décline en pièces fluides et lumineuses sur une palette de couleurs alors des teintes de blanc, de rose pale jusqu’au gris.

Les mannequins ont défilé comme s’ils racontaient une légende où le monde réel se perd dans l’imaginaire du créateur. Le contraste entre les pièces fonctionnelles et les pièces plus classiques est saisissant.

On retient ces broches en forme de cristaux de glace couleurs aubergines ou noires. Ces détails-accessoires suffisent à habiller une simple robe.

Fashion Week Lisboa: AWAYTOMARS, la mode intergalactique revient sur terre

A l’occasion de la semaine de la mode portugaise qui se déroulait du 11 au 14 mars 2016, AWAYTOMARS a présenté sa dernière collection Automne/Hiver 2016-2017. Un nom pour cette série ? Plutôt un numéro: 446 !

AWAYTOMARS est un collectif de jeunes créateurs venus de divers horizons et rassemblés pour une seule et même raison : l’amour de l’artisanat. Pourtant, chacun à leurs manières, ils vont développer leurs propres identités à travers cette unique collection. Explorant les interactions entre les différents états d’esprits vis-à-vis du vêtement, cette série est une recherche continue des motifs et de coupes. Cette communauté de talents créatifs souhaite aussi exposer au grand jour les étapes de fabrication d’un vêtement. Composé de Mexicains, d’Américains, de français, d’Anglais, de Chinois, d’Ukrainiens et d’Italiens, AWAYTOMARS est riche de sa diversité humaine.

Cette ultime collection met en lumière le point de départ et le développement du processus créatif et la complexité qui existe derrière la plus simple des pièces. Les contrastes et les couleurs complémentaires révèlent la beauté et la densité cachée de chaque confection. La signature AWAYTOMARS se trouve dans la manière de couper les vêtements.

La palette de couleurs rappellent les éléments bruts tels que la pierre et le métal que le collectif souhaite faire renaître. En effet, autant la pierre que le métal font parties de notre quotidien, pourtant, ces éléments sont utilisés différemment selon les cultures. Les idées qui ont germé dans le collectif ont abouti à un résultat cosmopolite inédit. On a apprécie la bande-son composée par Marcelo Gerab qui a su synthétiser cette interprétation des éléments naturels en une composition inventive très pointue.

Screen Shot 2015-11-04 at 6.48.46 PM

Publicités