Curiosités et philanthropie : Les secrets de l’Hôtel Salomon de Rothschild


Très discrète, la Fondation nationale des Arts graphiques et plastiques (FNAGP), créée en 1976, vient de lancer un nouvel axe d’intervention en aidant les jeunes artistes tout en continuant à promouvoir les artistes et à diriger les projecteurs sur ceux qui sont tombés dans l’oubli. Découverte d’une Fondation qui n’a pas froid aux yeux !

C’était un matin de fin d’automne, un de ces matins qui annoncent l’hiver, où le vent s’invite dans les branches des arbres et les déshabille nonchalamment d’un coup de tourbillon et vient se reposer au sol entre nos jambes qui trottinent vite le long des grandes avenues parisiennes en quête d’abri et de quiétude. Et c’est ainsi que nous avons trouvé refuge à l’Hôtel Salomon de Rothschild, rue Berryer. Traversant la cour à toute allure, prenant tout juste le temps de jeter un coup d’œil à la rotonde Balzac qui trône sur le côté, immobile et fière malgré l’air glacial, nous pénétrons dans le hall et montons le double escalier d’honneur orné d’énormes pots de fleurs blanches. Enfin, à l’abri, dans le saint des saints. En effet, c’est dans une petite pièce dérobée dans l’aile gauche de l’hôtel que nous nous engouffrons dans un couloir minuscule feutré et tapissé de velours rouge sans s’émouvoir des quelques épées et autres armes qui logent aussi ici.

Car, c’est dans le Cabinet des Curiosités que notre course s’achève : le cœur battant à cent à l’heure, nous découvrons les trésors et les richesses de ce lieu unique, improbable et tellement enchanteur. Pas encore ouverte au public, nous mesurons encore plus notre privilège de percer l’intimité de la Baronne Hannah Charlotte de Rothschild (et vous invitons à aller voir cet univers dès qu’il sera mis à découvert au public)! Tout est réuni pour nous inviter à la rencontre d’un monde merveilleux, aux confins des contrées asiatiques (à travers la vaisselle en porcelaine et les statues de Buddha), à l’époque moyenâgeuse (à travers ces armures) ou à l’époque des grandes chasses victoriennes ou napoléoniennes (qui sait ?) à travers les longs fusils.

Nous aurions pu tourner, tourner, tourner longtemps autour de ce Cabinet des Curiosités à la recherche du moindre détail, d’une signification, d’un symbole caché dans les vitraux peints et colorés, si Guillaume Cerutti n’était pas intervenu !

Président de la Fondation Nationale des Arts Graphiques et Plastiques, il partage le goût de la philanthropie et de la culture française de ces prédécesseurs et souhaitait nous présenter son projet de soutien aux artistes tout au long de leur activité professionnelle, de leur sortie d’école d’art à la toute fin de leur activité. Nous avons notamment retenu que la FNAGP accueille depuis quelques années quelques créateurs lors de la Fashion Week de Paris pour leurs défilés ! D’ailleurs, alors que nous profitions du silence et de la paix du Cabinet de Curiosités, des techniciens s’affairaient dans les beaux salons, classés monuments historiques, en vue d’un montage signé Yves Saint Laurent ! Top !

Nous avons également retenu une nouvelle formidable ! En effet, Guillaume Cerutti, président de la FNAGP, entend désormais soutenir tous les deux ans, l’une des écoles d’art de France, dans leur mission de formation de jeunes artistes, en accompagnant la période d’insertion professionnelle que traversent les jeunes artistes juste diplômés ! Ainsi, l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles en sera la première bénéficiaire dès la rentrée 2016/2017.

Une affaire à suivre …

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Screen Shot 2015-11-04 at 6.48.46 PM

Publicités