(Reportage) Le meilleur de la Semaine de la Haute Couture SS17 à Paris


Parce que toutes les inspirations y naissent et y finissent, la Semaine de la Haute-Couture parisienne est un rendez-vous incontournable pour toutes modeuses qui se respectent. Merveilleuse, cette saison printemps-été 2017 annonce de belles influences qui dessineront les tendances des prochains mois. La rédaction partage avec vous ses coups de coeur de cette année. Retour sur ces défilés où l’élégance, moins show-off mais tellement intense, a suffi en quelques secondes à nous transporter ailleurs. 

Jour 1

On aura tout vu

Dans l’une des plus belles pièces de la mairie du 4ème arrondissement, la Maison ON AURA TOUT VU nous a plongé dans les ADN de la mode hélénique, japonaise et britannique pour nous faire découvrir se collection haute-couture Printemps Eté 2017 intitulée « Otohime ». Robes et vestes s’unissent dans une harmonie de couleurs froides et de formes géométriques avec de la dentelle claire et nuancée (Atelier André Laude), des perles, des étoffes et du nacre tissé.… Clin d’oeil pour Flora Coquerel -ancienne Miss France- qui a défilé, soutenue par sa cadette Alicia Aylies Miss France 2017 !

www.onauratoutvu.com

Yuima Nakazato

Pour sa deuxième présentation dans le cadre de la Paris Fashion Week Haute Couture, le créateur japonais a choisi la Maison des Métallos. Notamment connu pour avoir imaginé certaines des tenues de scène de Fergie et Lady Gaga, on a beaucoup aimé l’évanescence de son style au coeur d’une collection à la fois fonctionnelle et futuriste !

www.yuimanakazato.com/

Jour 2

Julien Fournié

Dans l’Oratoire du Louvre, Julien Fournié a créé l’extase ! Nouvellement introduit au calendrier très serré de la haute couture parisienne, il a prouvé son talent de grand couturier. Emportée par la fougue enthousiaste du front row, la rédaction a été séduite par ces robes lumineuses aux impressions graphiques rappelant le début des années 60. Tropézienne, tunique de soie tissée, robes bustiers en mousseline, déshabillés, petits tailleurs (très très) shorty : voici les premières gammes d’un créateur français promis à un bel avenir.

http://julienfournie.com/fr

Jour 3 

Antonio Ortega

C’était dans les sous-sols voûtés de la Cité de l’Architecture et du Patrimoine qu’Antonio Ortega a présenté sa collection haute-couture. Fidèle à sa philosophie d’une mode sensuelle, élégante et raffinée, il a imaginé pour le printemps 2017 des robes fluides, romantiques et savamment structurées. La délicatesse des plissés contrebalançait la modernité des découpes des vestes et chemisiers.  Joie et assurance, telle est la manière dont on appréhende la prochaine saison en suivant les pas d’Antonio Ortega !

www.antonioortegacouture.com/fr/

Jour 4

Xuan

La créatrice Hollando-Vietnamienne Xuan-Thu Nguyen diplômée de l’AMFI (Amsterdam Fashion Institute) a investi trois espaces de l’Atelier Néerlandais pour créer une ambiance très minérale et poétique : bouquets de fleurs, murs de plantes, … tous les détails esthétiques ont été pensés avec justesse et humilité. Mais, il s’agit bien d’une collection de pièces haute-couture inspirées des couleurs de la nature et de la lumière du ciel changeant. Les robes sont magnifiques et les découpes fines mettent en valeur la légèreté des tissus. Encore une fois, Xuan Thu-Nguyen nous a invité à nous questionner sur la fragilité (et la beauté) de la Vie.

http://xuan-paris.com

Galia Lahav

Rien n’est trop beau pour Galia Lahav ! Sous la nef du Grand Palais, le créateur vient de faire entrer sa première mannequin sur la piste. Tout le front row reste exstatique : une robe de mariée à la dentelle si travaillée qu’on en est émue jusqu’aux larmes. Transparence, suggestion et rupture des genres, voici ce que l’on retient de cet ultime défilé. Jupe en tulle de soie, corsage brodé au motif victorien, … on a senti une influence des années 1890.

www.galialahav.com/

Une pièce mémorable ? La robe exceptionnelle portée par Elle Fanning lors du défilé de Galia Lahav. Soie et tulle noir, volants brodés de fils d’or, dentelles chantilly … La blondeur de ses cheveux et la pâleur de son teint ont suffi à faire exploser la magnificence de cette robe de « femme fatale » !

capture-decran-2017-01-30-a-18-57-44

Remerciement à @totem_fashion

Crédits Photos couverture : ©Presse

Publicités