(Lecture) « Le Pouvoir au féminin : Marie-Thérèse d’Autriche » par Elisabeth Badinter


La philosophe et spécialiste des Lumières, Elisabeth Badinter, dévoile les secrets du règne d’une femme guerrière mais femme avant tout : Marie-Thérèse d’Autriche. Après avoir réuni 22 000 archives, l’auteure nous livre une biographie (Flammarion) saisissante sur une impératrice méconnue des Français.

Avec une plume très féminine, l’auteure se partage entre une analyse philosophique et approche historique d’un destin d’exception : celui d’une femme qui fut d’abord épouse, puis impératrice, puis mère et qui mania ses différents rôles avec une dextérité étonnante. Sans cacher les faiblesses de cette femme de coeur et de fer, Elisabeth Badinter dévoile les coulisses d’une régence au féminin.

Durant le XVIIIème siècle, Marie-Thérèse fut considérée comme « L’homme du siècle ». Reine de Hongrie et de Bohême, archiduchesse d’Autriche et impératrice du Saint-Empire romain germanique, Marie-Thérèse de Habsbourg était aussi une épouse aimante. Au fil des pages de ce volume qui se lit avec entrain, le lecteur parcourt presque un siècle entier accompagné de cette Marie-Thérèse qui n’aurait jamais dû entrer dans l’Histoire, selon les voeux les plus chers de son père. Pourtant, c’est entre les mains d’une belle femme qui attire tous les regards et toutes les faveurs au début de son règne que l’Empire d’Autriche se retrouve pendant près de quarante ans !

Trois raisons pour lesquelles Marie-Thérèse d’Autriche a tout d’une femme moderne que nous devrions prendre en exemple !

Parce qu’elle est mère de seize enfants. Sa force physique fit d’elle la femme souveraine tant attendue par les Habsbourg : elle met fin à la malédiction de sa lignée en donnant naissance à cinq garçons. Mais, surtout, Marie-Thérèse a su jouer de cette légitimité pour augurer une nouvelle façon de régner. La maternité devient un outil et sa féminité, sa meilleure arme. Marie-Thérèse pose ainsi les prémices de la puissance féminine revendiquée. Elle donne l’« image d’une puissance vitale à jamais inconnue du corps du roi ».

Parce qu’elle restera fidèle à son époux jusqu’à sa mort. L’une des principales faiblesses de Marie-Thérèse est d’être sincèrement très amoureuse de son mari, l’empereur François 1er. Malgré les défauts de celui-ci, Marie-Thérèse ne cessa de l’aimer d’un amour exclusif. Pourtant, l’impératrice n’est pas aveuglée par ses sentiments et connaît l’ordre de ses priorités. Très vite, son rôle de reine reprend le dessus et elle va tout faire pour écarter adroitement son mari des affaires. Ce trait caractéristique auquel Elisabeth Badinter attache beaucoup d’importance dans cette biographie fait de Marie-Thérèse une femme étrangement contemporaine.

Parce qu’elle fut une reine qui mérite le respect. En effet, Elisabeth Badinter accorde un point d’honneur aux épreuves traversées par Marie-Thérèse d’Autriche dès sa première année de règne. En 1741, elle entre en guerre de succession et s’oppose à Frédéric II de Prusse, son rival de toujours. Elle doit aussi réformer un empire laissé en piètre état par son père et contrecarrer les incartades militaires désastreuses de son époux François-Étienne de Lorraine. Mais, en dépit de l’adversité, Marie-Thérèse, qui se confie à quelques rares amis très intimes dans des lettres déprimantes, garde la tête haute et parvient à obtenir l’estime de ses troupes (en apprenant très vite à monter à cheval à califourchon par exemple) et de tout un peuple.

1755_m10

« Le Pouvoir au Féminin » est le portrait captivant d’une femme d’influence à mettre entre toutes les mains !

Le pouvoir au féminin
Elisabeth Badinter
Flammarion
21,90 euros

Screen Shot 2015-11-04 at 6.48.46 PM

Publicités