(Livre) « La Tresse » de Laetitia Colombani, une plume délicate qui chamboule le coeur des femmes


Les vacances touchent à leur fin. Hors de question de se laisser aller à la morosité. La rédaction vous propose de plonger dans LE phénomène littéraire de cet été : « La Tresse » de Laetitia Colombani (Grasset). Un roman choral savoureux et féministe à déguster, entre copines, à petites gorgées…

Pour son premier roman, Laetitia Colombani fait preuve d’un doigté vibrant d’énergie, d’émotion et d’optimisme. Le titre révèle le secret de ce récit : une natte composée de trois brins. De trois femmes : Smita, Giulia, Sarah. De trois guerrières : une mère intouchable vivant en Inde, une jeune héritière d’une entreprise familiale sicilienne, une businesswoman avocate-associée canadienne. La plume légère de Laetitia Colombani aborde imperceptiblement trois causes : la condition féminine, le poids du passé, la maladie. Et, avec un courage et une détermination sans faille, ces héroïnes vont changer le court de leur existence et prendre en main leur avenir, leur vie. Au nom de quoi ? De leur dignité.

L’auteure manie les mots avec une telle simplicité et une telle élégance que le lecteur est comme happé par ce conte merveilleux. Car, il s’agit bien là d’un conte moderne, d’une histoire qui rassemble le destin de trois femmes. Chacune de ces héroïnes va devenir maîtresse de sa vie. Après un « élément déclencheur », elles vont trouver la force d’agir et de dessiner les contours d’un vrai sens pour leur vie. Leurs épopées s’entrelacent alors autour d’une tresse imaginaire… Pour l’une, cette tresse sera un apparat à part entière. Pour une autre, elle sera une part intégrante de sa culture familiale. Quoiqu’il en soit, la chevelure prendra toute sa valeur lorsqu’elle est tressée, de manière compliquée, appliquée, élaborée mais toujours (ou presque) avec naturel et modestie…

Pourquoi on aime ? Parce que, page après page, l’auteure nous offre à découvrir une longue (très longue) natte si fine, invisible. Se crée une « chaîne libératrice » qui rallie par-delà les continents. Laetitia Colombani nous invite à réaliser une oeuvre d’ « art capillaire » et nous accompagne. Pas à pas, l’auteure se fait lumière et nous guide sur ce chemin de la lecture où finissent par se croiser trois routes parallèles.

Un coup de coeur ? Pour le talent littéraire de Laetitia Colombani qui porte haut les couleurs de plusieurs sujets universels touchant toutes les femmes. Familière de la langue de Molière qu’elle honore avec son style claire, lissé, soigné et cru (parfois), la scénariste nous rappelle qu’aujourd’hui, ici ou ailleurs, nous sommes toutes confrontées à des combats « féministes » et concernées par les discriminations, les traditions et les machos.

Le plus ? Et pourquoi on ne prendrait pas pour modèle ces héroïnes en cette période de rentrée où l’on prend souvent de (bonnes) résolutions ? Trouver un travail qui nous ressemble vraiment, s’entourer des bonnes personnes, prendre le temps d’apprécier les petits bonheurs de la vie, prendre de la distance avec ses dossiers de bureau, vouloir devenir ce qu’on est réellement au fond de soi, oser dire non, découvrir l’Autre, … Voici une liste non-exhaustive de toutes les qualités qui habitent Smita, Giulia et Sarah tout au long de leur voyage initiatique !


La Tresse
Laetitia Colombani
Editions Grasset
224 pages
18,00 Euros

Publicités