Anna Jacobs est la sensation forte de ce début d’année, la bonne surprise de notre liste de lectures 2019. Le second tome, très attendu, vient de sortir. Prenons alors juste le temps de lire le premier de cette saga , « le Destin de Cassandra » (Archipoche): il est extra ! 

Ce roman d’évasion raconte le destin de quatre soeurs vivant de plein fouet la crise des filatures dans les campagnes anglaises des années 1860. Face à la misère, elles doivent également offrir tout leur amour à leur père malade et essuyer les humiliations d’une tante acariâtre… Au milieu du Lancashire, Cassandra est malmenée (malgré l’aide précieuse d’une bonne fée…), ramenée aux grands tracs de l’existence : problème du pain quotidien, angoisse quant à l’avenir… Que lui reste-t-il face à cette situation critique ? L’amour d’un homme peut-être.

Mais dans ce tableau très sombre, quelques touches de lumière s’immiscent ici et là. L’appel vers l’ailleurs commence à ourdir dans les oreilles de Cassandra et à imposer de plus en plus sa mélodie dans le coeur de la jeune femme désespérée. C’est une question de survie. Pour elle. Pour ses soeurs. Des champs de coton, elle va découvrir les plaines d’Australie. Où tous les rêves sont permis.

Pourquoi on aime ? Parce qu’il y a des histoires que l’on rêverait de vivre. Celle du personnage de Cassandra Blake interpelle par son audace. On tente de la cerner tout au long du roman. Ce petit bout de femme ne réalise surement pas le tsunami qu’elle a déclenché dans nos têtes alors que nous étions happées par la lecture du livre…!  Car « Le destin de Cassandre » nous prend au corps dès les premières pages pleines de misères, d’adversités, d’amour, d’entraides, de bouleversements, de menaces, de puissances … et de sauvageries. L’auteure Anna Jacobs a ce grain de folie britannique. On se demande d’où lui vient son ahurissante inspiration. Peut-être de sa faculté à donner naissance à des histoires sans jamais les préméditer ? Peut-être de sa manière à laisser son esprit vagabonder ? Soit. Pour écrire ce livre, on adorerait croire qu’Anna Jacobs se confronta à la perte de l’innocence en montrant ce que la vraie vie peut avoir d’atroces et de merveilleux. Car pour vivre son destin, Cassandra a bien dû éloigner ses peurs d’enfant …

Un coup de coeur ? On ne peut que s’attacher à son héroïne Cassandra, magnifique jeune femme en construction, maligne, sensible, sensuelle (à l’anglaise) avec un instinct de vie à toute épreuve. L’écriture d’Anna Jacobs est tout simplement une prose à l’avenant, dense, précise, précieuse, parfois très belle, traversée de mille étincelles qui font parfois tanguer le lecteur sur le bateau de cette vie entre deux mondes…

 

Le destin de Cassandra
Traduction : SEBASTIAN DANCHIN
Editions Archipoche
Janvier 2019
8, 95 euros

Publicités