R.I.P. à la plus petite des grandes dames de la mode : Marie Louise Carven


Par Diane Z.

Madame Carven, la grande Dame de la Haute Couture à la Française est décédée lundi dernier à l’âge de 105 ans. Autant d’années consacrées à la mode, à l’amour et à la passion obsédante pour les belles choses, les beaux habits et les détails invisibles à l’œil nu… Madame Carven était la Française qui a su apporter une touche de bonne humeur et de décontraction à l’univers de la haute couture. Hommage à ce petit bout de femme et à sa carrière sans faille.

Marie Louise Carven s’est distinguée auprès des jeunes femmes grâce à ses créations élégantes et très féminines. Ce petit brin d’herbe folle au caractère bien trempé a voulu se faire une place de choix parmi les grandes pousses florissantes et encombrantes qui occupaient il y a 50 ans le parterre de la mode. Mue par un complexe d’infériorité de taille, Madame Carven a combattu toute sa vie l’idée d’une élégance haute couture pour les petites gentes ! Très douée au dessin, elle dessina des vêtements d’un chic parisien incomparable et novateur pour son époque. Du haut de son mètre 55, Marie Louise Carven a vu au-delà des horizons de la mode et a dépassé les barrières des codes de la fashionmania en se faufilant habilement entre les jambes longilignes et trop fluettes des mannequins les plus en vue ! Pour faire honneur à son physique atypique (plutôt petite boulotte), elle n’a jamais quitté ses feuilles de papier ni son crayon depuis son entrée aux Beaux-Arts jusqu’en 1993.

Passionnée par les antiquités et les voyages exotiques, la jeune Carmen de Tommaso se voyait architecte. Pourtant, l’appel de la mode est trop fort et dès la fin des années 1920, elle confectionne elle-même des robes pour ses amies qui deviennent ses plus fidèles clientes ! Bâtissant peu à peu son empire, elle choisit à l’âge de 34 ans de s’installer Rond-Point des Champs Elysées. Une étape cruciale dans sa vie qui s’accompagne du changement radical de son identité. La voilà qui se fait désormais appeler Madame Carven !

Son premier succès : la fameuse robe « Ma Griffe » en cotonnade rayée blanc et vert (le « vert Carven » était né !). Décolleté avantageux, taille « de guêpe », modèle confortable et jupon ample et « sexy », voici le BaBA qui fait la marque. Exit les grands imprimés, les carreaux géants et les manches bouffantes. Pourtant, si Marie Louise Carven est petite de taille, il n’en va pas de même de ses ambitions : elle lance dès 1946 un parfum qui deviendra très vite culte à l’international !

Après avoir habillé les égéries du monde entier, les hôtesses de l’air et même les enfants, les athlètes au JO de 1976 et les Parisiennes de tous les jours, Madame Carven tire sa révérence à 84 ans pour se consacrer à son autre passion : les meubles anciens et les objets rares (qu’elle a légués en partie au Musée du Louvre et au Palais Galliera)… Aujourd’hui, ce « lieu de mémoire de la mode française » est entre les mains du PDG Henri Sebaoun et d’Alexis Martial, et d’Adrien Caillaudaud pour la collection femme. Ainsi, Marie Louise Carven peut reposer en paix car la Maison a de beaux jours devant elle. Toujours dans l’élégance fraîche et parisienne des femmes d’aujourd’hui, les collections se suivent et ne se ressemblent pourtant pas !

Doyenne de la haute couture française, commandeur de la Légion d’honneur et du Mérite, symbole du chic insouciant et joyeux de l’après-guerre, Marie Louise Carven restera encore longtemps dans les mémoires…

Screen Shot 2015-05-29 at 2.41.00 PM

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s