La Fashion Week à l’Ecole des Arts Déco de Paris


Par Diane Z.

Au cœur de la semaine de la Fashion Week de Paris, l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs présentait hier soir les collections éphémères de ses élèves diplômés. La Mode à La Française était sur les bancs de ce défilé « outdoor » olfacto-visuel organisé en partenariat avec l’IFF (International Flavors and Fragrances). Sur le rythme d’une musique à la fois psychédélique et envoûtante, les mannequins se succédaient entre les vieux arbres et sous les yeux ébahis des invités. Diversité des inspirations et multiples recours à des références en tous genres, ces 11 jeunes créateurs redéfinissent la Mode à leur façon, avec un brin de lucidité et d’audace. Rétrospective.

Assister à un tel défilé était comme prendre son billet pour un tour du monde. Tour à tour, les influences de Laponie et d’Afrique Saharienne se sont invitées dans l’antre de l’ENSAD. Un voyage certes, mais qui faisait aussi naître une prise de conscience du temps présent, de ce que représente « la Mode » aujourd’hui. Car, la fashion sphère porte en elle une dimension de partage et une obsession à créer des liens entre les contraires pour les sublimer. Orient et Occident se côtoient comme de vieux amis qui s’échangent leurs vêtements pour leur donner une seconde vie. Du dialogue et encore du dialogue. Voilà le leitmotiv des futurs designers.

A travers ces collections, on a aussi senti un désir de revisiter le passé… et le voyage devient un voyage dans le temps. Et comme dans la mode, le mot « limite » n’existe pas, les jeunes talents réussissent à nous plonger également dans le monde de la science-fiction (L’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrik pour Anthony Brugneaux), et dans celui des couleurs. Un alliage réfléchi et bien dosé qui souligne les silhouettes et les anime. Un coup de force qui laisse entrevoir des mouvements harmonieux et qui bouscule les préjugés pour une vision éclairée d’un avenir rêvé. On apprend ainsi qu’il est possible de porter un boubou africain tout en le mixant avec les codes classiques de la mode occidentale.

La saison 2014-2015 était donc sous le signe du développement durable, des belles matières naturelles et des textiles peu communs. Le résultat est un mélange abouti d’universalité, de simplicité et d’épure : le comble de la sophistication et la définition même du luxe. Un moment unique où voyages entre les cultures, conversations entre les codes et glissements entre les genres ont formé une synthèse d’influences et de fantasmes dignes des talents prometteurs en construction. Pas même la pluie n’a su ternir l’enthousiasme du public venu nombreux applaudir les jeunes créateurs !

Côté coup de cœur, la rédaction a jeté son dévolu sur la combinaison d’aviateur d’Anthony Dartayre, pièce phare de sa collection « Between Two Suns ». Ce bomber emblématique des premières femmes aviateurs du XXème siècle a été twisté à travers les matières, les lignes et les couleurs caractéristiques de l’uniforme militaire : exercice de style validé !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Photos © Marie-Élodie Fallourd

Screen Shot 2015-05-29 at 2.41.00 PM

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s