(Expo) « Mapuche, voyage en terre Lafkenche » au musée de l’Homme


« Mapuche » signifie « les gens de la terre ». C’est à eux que le Musée de l’Homme rend hommage dans une exposition de photos exceptionnelle jusqu’au 23 avril 2017. Entre photographie, ethnographie et ethnobotanique, l’exposition mêle art et sciences à la découverte de ce peuple, qui vit actuellement dans le sud du Chili et dans l’environnement urbain de Santiago. A voir !

Unique. Cette exposition nous ouvre les yeux sur le quotidien d’un peuple qui nous est si éloigné et duquel nous avons pourtant tant de choses à apprendre. Tout d’abord, nous découvrons que les Mapuche du Chili regroupe des hommes et des femmes qui vivent au plus près de la Nature et qui ont appris à vivre avec elle, à la respecter malgré son côté versatile incompréhensible, à la sublimer aussi. Parce que c’est en vivant « dans » la Nature que ce peuple la rend encore plus belle ! Cette exposition nous montre à quel point la Nature a besoin des Hommes. Elle a besoin d’Humanité. D’une humanité différente : à la fois sage et déterminée, telle qu’Elle n’existe plus ou qu’elle n’a jamais existé – si ce n’est dans des contrées reculées. Hors, ces terres lointaines se rapprochent chaque jour un peu plus du monde « connu ». D’un monde où grouillent les Hommes « civilisés », où le bruit de la superficialité vient obstruer le souffle de la Nature…

Chez les Mapuche, on ne cherche pas à plaire : ils savent en imposer sans s’imposer ! Ces hommes et ses femmes s’expriment à travers ce qu’ils sont au plus profond d’eux-mêmes, à travers ce qui ne se voit pas à vue d’oeil, à travers l’invisible et l’indicible… Ce mystère, les Mapuche sont les seuls à le percer et à porter des mots justes. Leur témoignage suffit : point de commentaire en retour. Ils sont là. Ils parlent avec leur langage direct et bref. Saisissant.

Ainsi, on part à la rencontre d’un prêtre, d’un musicien, d’un destin … L’émotion transparaît d’autant plus que la technique utilisée pour créer cette galerie de photographie est atypique. En effet, la technique du collodion humide est propre aux travaux ethnographiques : un négatif sur verre qui, posé sur un fond noir, devient positif. Le résultat est une image d’une finesse incroyable puisque cette technique requiert une relation très particulière entre la personne photographiée et l’objectif. Un coup de maître réalisé par le collectif d’artistes « Ritual Inhabitual ». Hors du temps.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

« Mapuche, voyage en terre Lafkenche »
Jusqu’au 23 avril 2017
Musée de l’Homme
17 Place du Trocadéro
75016 Paris

HORAIRES
du mercredi au lundi de 10 h à 18 h
RENSEIGNEMENTS
01 44 05 72 72 de 10 h à 18 h, sauf le mardi

Screen Shot 2015-11-04 at 6.48.46 PM

Publicités