(Théâtre) La pièce « Après une si longue nuit » à retrouver au Festival d’Avignon !


La semaine dernière, la Mode à la Française a eu le privilège d’assister au spectacle « Après une si longue nuit » au Théâtre les 3 Pierrots à Saint-Cloud qui se tiendra par la suite au Festival d’Avignon (7 au 30 Juillet).

Le texte de Michèle Laurence et la mise en scène de Laurent Natrella, sociétaire de la comédie française et nominé au Molière du meilleur comédien pour « Les enfants du silence, s’harmonisent avec brio autour de l’histoire de quatre orphelins. Dans une salle comble, les acteurs se sont donnés avec passion durant plus d’une heure et demie. Une pièce qui parle autant aux jeunes adolescents qu’aux plus âgés…

Le synopsis ? Sarah, Emmanuel, Pierrot et Samir sont de jeunes orphelins venus de cultures, religions et pays différents qui ont grandi ensemble et se retrouvent des années plus tard au chevet de leur mère adoptive. Aussi touchants que bouleversants, ces héros de la vie évoquent à travers les bribes de leurs passés les conflits qui ont marqué le siècle dernier. Une belle leçon de fraternité et d’humanité.

Notre avis ? Frappés en plein cœur par les traumatismes de la guerre aux quatre coins du monde, les quatre orphelins sont vivants. Vivants de l’extérieur mais pas à l’intérieur… Car chacun d’eux doit désormais composer avec une blessure profonde : celle de la solitude, de l’abandon ou de l’incompréhension. Les souvenirs, ou au contraire la perte de mémoire, vont tisser la trame de cette pièce optimiste et réaliste.

Pourquoi on aime ? Pour la mise en scène à la fois simple et recherchée avec ces jeux de lumière et de miroir, ces détails dans les habits (chaque protagoniste a ses attributs : bonnet vert pour Emmanuel, trompette et salopette pour Pierrot, T-shirt, noeud et boots rouges pour Sarah, sac à dos pour Samir). Pour les textes qui sont tout aussi percutants que directs : les dialogues vont droit au but pour faire passer un message sans détour et sans équivoque. Traitant de multiples sujets, de thèmes universels et de questions qui nous touchent ou nous ont touchés au moins une fois dans notre existence, cette pièce est une bouffée d’oxygène.

Un coup de coeur ? Pour la prestation solo de Pierrot (Maxime Bailleul) qui raconte sa première fugue alors qu’il est ado rebelle. Pour le récit d’Emmanuel (Olivier Dote-Doevi) qui raconte le massacre de sa famille puis la fusillade dans une église de son pays d’origine dont il sort seul rescapé. Pour l’échange attendrissant entre Emmanuel et Sarah (Élodie Menant) qui partagent leurs blues sur la quête d’une identité, l’absence de repaire, le mal-être de l’adolescence. Il aura fallu la mort de celle qui les avait réunis sous son toit pour que ces quatre orphelins s’apprivoisent et nouent enfin des liens fraternels, complices et affectueux : pour essayer de former à nouveau une « vraie » famille…

Pourquoi on y retournera lors du Festival d’Avignon ? Pour réentendre ce passage délicieux de l’appropriation de références bien choisies : celle de Rimbaud sur les 17 ans (l’âge de tous les possibles) et celle de William Shakespeare, Macbeth (d’où est tiré le titre de la pièce) qui symbolise l’espoir en l’avenir.

« C’est fini ? » (Les derniers mots de la pièce). La représentation, oui, mais pas l’histoire de ce quatuor appelé à s’unir à jamais grâce à la venue d’un prochain petit être…! – On vous laisse la surprise de la chute !
L’aventure de ces acteurs n’est pas non plus finie : ils vous donnent rendez-vous cet été au Festival d’Avignon où ils se produiront ! On réserve déjà ses places pour les applaudir sur les planches !

Festival d’Avignon 
du 7 au 30 Juillet 2017
au Théâtre du Roi René
tous les jours à 20h30
Réservations en cliquant ici !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Crédit photos Olivier Brajon

Screen Shot 2015-11-04 at 6.48.46 PM

Publicités