(Lecture) « Le secret d’Adèle », le nouveau roman de Valérie Trierweiler 


Cet été, Valérie Trierweiler signe « Le secret d’Adèle » (éditions Les Arènes). L’auteure nous dévoile le destin d’Adèle Bloch-Bauer, la célèbre « Dame en or » immortalisée par Gustav Klimt en 1907. Un roman qui parle d’une femme libre, écrit par une femme libre. A dévorer !

Adèle Bloch est une jeune femme de cœur qui vit une passion aussi excitante que douloureuse avec le peintre le plus demandé d’Autriche, le fameux Gustav Klimt. Elle est une femme d’esprit qui lit les journaux d’actualité internationale et les revues de Mode avec le même intérêt.

Reine d’or aux yeux du monde, elle est la femme la plus désirée, la plus belle. Elle est remarquable surtout quand elle choisit de porter cette robe au drapée doré et ce « ras-du-cou» aux mille perles qu’un jour son mari lui offrît. Mais, à l’aube du XXème siècle, Adèle est également une reine au cœur d’or, mue par un élan social d’aide envers les plus démunis et les migrants sans abris qui affluent aux périphéries de Vienne.

Torturée entre deux hommes que tout oppose, Adèle ne peut choisir. D’un côté, le mari plus que parfait, aimant, attentionné, fidèle et soucieux de satisfaire les moindres envies de sa bien aimée. Mais il est si souvent absent à cause de sa manufacture de sucre qu’il gère de part et d’autres des contrées de l’empire austro-hongrois… De l’autre côté, un artiste sulfureux qui ne vit que pour son Art depuis la mort subite de son frère adoré, un homme à femmes qui les collectionne et les attire dans son atelier comme une araignée piège les mouches dans sa toile…

Le torrent des émotions se déverse alors dans le cœur et le corps de cet être féminin en mal de vivre. Alors que Klimt cherche la paix de son âme en aspirant à trouver sa muse, Adèle cherche le bonheur, le bonheur véritable qui puisse être donné à une femme, celui d’avoir un enfant et de goûter aux joies de la maternité, de voir grandir la prunelle de ses yeux… Le destin semble en avoir décidé autrement, pour le pire…

Car vient la guerre et ses morts et surtout la mort du génial Klimt qui ne survivra pas à la maladie et à l’éclatement des bases d’une pensée qui avaient régi les esprits du XIXeme siècle. Trop de morts et de fantômes entourent désormais la vie d’Adele qui se sent vieille et qui ne retrouve plus son visage dans le portrait de la Dame en or. Trop de douleur, de tristesse malgré l’amour toujours aussi inconditionnel de son cher Ferdinand et la joie familiale de sa sœur avec qui elle partage désormais un hôtel particulier de l’Upper Vienne. Pourtant c’est en femme libre et libérée qu’elle quitte cette terre qui lui causa tant de malheurs et lui parut bien des fois si hostile…. Elle est arrivée au monde comme une « dame » de la haute, insouciante et innocente, elle partira comme « une femme de son temps » au grand cœur. Au cœur en or.

Pourquoi on aime ? Parce qu’au fil des pages, le lecteur voyage dans Vienne à l’époque de Sissi impératrice, parmi les diners et réceptions mondaines. Il découvre aussi la campagne de Bohême avec ses immenses châteaux de charme qui inspirèrent tant d’artistes (musiciens et peintres).

Un coup de coeur ? Cette Adèle incarne une figure féminine à laquelle nous nous identifions aisément. En effet, fascinée par les nouvelles tendances de mode lancées en France par un certain Poiret et copiées par les couturières de Vienne, Adèle est aussi admirative du courage révolutionnaire et avant gardiste des suffragettes d’Angleterre…

Le plus ? On découvre certaines des œuvres les plus remarquables de Klimt. Dans les détails, on adopte tour à tour les yeux amoureux et naïfs de Ferdinand Bloch puis les yeux embués par quelques larmes d’émotions, de nostalgie, de souvenirs et de troubles passionnés qui ne veulent pas couler. On regarde les tableaux comme une Adele recroquevillée dans son fauteuil près de la cheminée… On décèle alors les mises en relief des lettres ou alors la signification des mains , de l’épaule dénudée , de ce doigt caché que l’on ne saurait voir…


Le Secret d’Adèle
Valérie Trierweiler
320 Pages
20 €
Parution17 mai 2017

A shopper en cliquant ici !

www.arenes.fr

Publicités