(Paris Fashion Week) Issey Miyake Printemps-été 2018


A Paris, la Semaine de la Mode a pris des allures de « sans en avoir l’air »… Emouvante, exaltante, surprenante, la Fashion Week française a injecté en nous une « pop touch » inattendue et ludique. Un parfait équilibre entre l’exceptionnel et le casual qui donne furieusement l’envie de danser… comme au show d’Issey Miyake !

Ce fut dans le Salon d’Honneur du Grand Palais que Yoshiyuki Miyamae a présenté sa nouvelle collection printemps-été 2018 pour Issey Miyake. Inspiré des éléments de la nature, le créateur nous a proposé un poème où la fluidité des matières, le travail virtuose des tissus et la légèreté du mouvement remplaçaient les mots. Le titre de cette partition mode ? « A Pièce of Memory ». L’occasion de définir encore davantage les clés de la mode japonaise. Condensé de motifs d’une beauté spectaculaire, de plissements et d’innovations, cette nouvelle collection s’inscrit sans conteste dans la fashion sphère universelle.

Pourquoi on aime ? Parce que sur le catwalk, les jeunes filles ont fait bouger délicieusement leurs top, jupe, robe, à chaque pas. Les couleurs de base laissent entrevoir dans les plis des paysages rudes d’Islande. Ici, sur une blouse, on voit s’animer des roches volcaniques recouvertes de mousse scintillant sous les rayons du soleil… Là, sur une tunique, on voit s’étendre à perte de vue des glaciers cristallins… Emballant !

Un coup de coeur ? Encore une fois, le digne fils spirituel d’Issey Miyake a confirmé ses trois longueurs d’avance tant techniques que poétiques. En effet, la rédaction a été éblouie par la souplesse maitrisée des vêtements laissant apparaître entre les plis irréguliers des images de paysages. En particulier, la série de vêtements quadrillés colorés est une ode à la magie de la Nature. Le créateur a voulu utiliser la technique japonaise traditionnelle de teinture dite « Dorozome ». De plus, Yoshiyuki Miyamae a fait la part belle au Baked Stretch : procédé inédit mis au point par le studio – un tissu enduit de colle « cuit » sous une presse afin de modeler un plissé de façon permanente sur le vêtement.

Le plus ? La performance en début du show d’un trio de danseuses contemporaines a rendu ce défilé d’Issey Miyake d’emblée très émouvant. Ce prélude d’improvisation était tout en étirements langoureux mettant ainsi en valeur l’enveloppement des coutures du tissu Steam Stretch. Les danseuses semblaient « couler » et sauter de façon spectaculaire et explosive… Magistral.


isseymiyake.com

Publicités