(Lecture) Archipel des Passions, quand une princesse et son professeur philosophent en coeur


Tout a commencé l’été dernier 2017 quand Charlotte Casiraghi et Robert Maggiori ont eu l’idée de mettre par écrit leurs dialogues qui tournaient inlassablement autour des mêmes obsessions : le sensible et les émotions. Cela donne un petit traité des passions « Archipel des Passions » (Seuil).

Hélas, nous n’avions plus de livre de chevet. Sur la petite table placée à la tête de nos lits, les livres succédaient aux livres et parfois s’accumulaient. Désormais, un seul ouvrage remplace tous les autres. Et c’est bien ce nouvel opus « Archipel des passions » écrit à quatre mains par Charlotte Casiraghi et Robert Maggiori. Ces petits paragraphes que nous lisons et relisons avant de nous endormir ou dans les nuits d’insomnie. Des pages déjà usées d’être tournées sans fin… : « Archipel des passions »
La rédaction se le prête encore et encore, et les filles de la rédac’ lisent la nuit, s’iden­tifient aux réflexions et voient leurs yeux s’ouvrir sur un monde différent mais vrai. Définitivement, ce texte a traversé et bouleversé nos vies.

Pourquoi on aime ? Parce que non seulement la lecture de cet essai philosophique nous enchante, mais en plus elle nous permet de comprendre notre propre vie, humeur, réactions, envies, … Avec Charlotte Casiraghi et Robert Maggiori naît une nouvelle forme d’intimité, et nous entendons la voix des auteurs comme si le livre n’était écrit que pour nous.

Un coup de coeur ? Pour le chapitre consacré à « bienveillance » (l’un des premiers chapitres) dont la lecture nous a permis de nous retirer dans un autre monde et de trouver d’autres sources d’évasion.

Le plus ? Les citations de grands philosophes comme Vladimir Jankélévitch et JJ Rousseau mais aussi des textes religieux comme le Nouveau Testament et également des penseurs contemporains comme Jacques Derrida.

Quelques extraits :

« Mon meilleur ami n’est pas celui qui me rend meilleur, mais pour qui j’essaie tant bien que mal de me faire meilleur. »

« La bonté n’est pas quelque chose que l’on possède »

« La compassion est un moyen de multiplier les peines et d’accroitre le mal dans le monde. Quand un être souffre, et que je me laisse par l’intermédiaire de l’imagination atteindre par sa douleur sans pouvoir cependant y porter remède, nous sommes deux à souffrir alors que le mal ne concerne proprement dans sa nature qu’une seule personne. »

Archipel des passions
Charlotte Casiraghi
Robert Maggiori
Seuil,
Date de parution 19/02/2018
336 p.

Publicités